Galerie Nocte / ARTISTE / Marc VOILLET

En 1883 dans La Grammaire Logique, Brisset reconnaît des similitudes entre le chant des grenouilles et des mots de la langue française. S’appuyant sur son postulat que ces

similitudes sont une trace généalogique prouvant que la langue française a pour origine le chant des grenouilles, il en déduit que l’homme descend des grenouilles. Brisset se met donc à décrire l’évolution depuis les grenouilles jusqu’aux humains en retraçant l’origine des mots qui portent les traces des différentes étapes de l’évolution, il crée sa propre linguistique phylogénétique.

À cette même époque, de nombreux récits nationaux et des courants de recherches de linguistique phylogénétique en Europe cherchent à prouver par la langue la supériorité d’une identité nationale particulière. Face à celà, les écrits de Brisset apparaissent comme un reflet de l’absurdité de ces récits nationaux et de la pseudo-science de la linguistique phylogénétique.

Dans mon travail, je me sers de La Grammaire Logique pour incarner le roman national français et montrer sa persistance. Je m’appuie sur la description de la métamorphose de batraciens à humains de Brisset dans laquelle je greffe des symboles idéologiques contemporains pour synthétiser une représentation du récit national français.

Dans mes peintures, la peau humaine est une apparence superficielle qui se désagrège et laisse transparaître le corps du crapaud lorsque les actes des personnages sont inconsciemment dictés par le roman national français.

Je mélange des images d’archives historiques contemporaines avec des images de crapauds pour souligner l’impact de la croyance au roman national français des protagonistes durant le moment historique représenté

Artist Profile